DEVEUM - Le « rétrofit » : comment convertir un véhicule thermique d’occasion en véhicule électrique
DEVEUM
  1. Accueil
  2. /
  3. Blog
  4. /
  5. Le « rétrofit »:…

le « rétrofit » : comment convertir un véhicule thermique d’occasion en véhicule électrique

Suite au succès du précédent article de Deveum sur le rétrofit ils ont choisi d’écrire un article complémentaire sur le rétrofit. Pour cela, ils se sont entretenus avec l’équipe NOIL. Ce second article viendra donc répondre aux nombreuses questions qui ont été posées et mettre en avant la légitimité du rétrofit dans le contexte national actuel.

UNE DYNAMIQUE POUSSÉE PAR DES ENTREPRISES PROACTIVES :

Il faut savoir que l’arrêté du 13 mars 2020 relatif aux conditions de transformation des véhicules à motorisation thermique en motorisation électrique à batterie ou à pile à combustible découle directement des discussions entre les acteurs de l’AIRe et le gouvernement. Cet arrêté, encore unique en Europe, exprime les règles régissant la conversion de véhicules d’occasion à la motorisation électrique. Ces règles sont présentées dans notre précédent article.

LA LOI DES FINANCES 2021 APPUIE LA VOLONTÉ DES RÉTROFITEURS

La loi des finances, texte régissant la répartition des différents budgets nationaux, publiée en janvier 2021, semble en cohérence avec la vision des acteurs du rétrofit français.

En effet, trois nouvelles mesures viennent soutenir leur philosophie:

  • Article 53 : Crédit d’impôt transition énergétique et système de charge pour véhicule électrique. Le CITE (crédit d’impôt pour la transition énergétique – ) est remplacé par MaPrimeRénov qui donne notamment accès à une prime allant jusqu’à 300 euros pour l’installation d’un système de charge pour véhicules électriques entre le 1er janvier 2021 et le 31 décembre 2023.
  • Article 55 : Malus sur les véhicules à moteur. La réforme de la fiscalité des véhicules routiers initiée en 2020 est menée à son terme. Ce qu’on peut retenir de cette modification :
    – Le malus écologique va augmenter progressivement entre 2021 et 2023 pour atteindre un maximum de 50 000 euros ;
    – Un malus au poids sera mis en place à partir du 1er janvier 2022. Il concernera les véhicules neufs pesant plus de 1,8 tonne (véhicules hydrides et électriques compris). Son tarif unitaire sera de 10 € par kilogramme.
    – La méthode de mesure des émissions est maintenant plus fiable, ce qui risque de modifier la puissance fiscale de certains véhicules (notamment diesels) ;
    – La taxe annuelle de 160€ sur les véhicules polluants
    disparaît ;
    – Le malus CO2 sur les véhicules d’occasion de 10CV et plus disparait également ;
  •  Article 58 : Utilisation d’énergie renouvelable dans les transports. Afin de renforcer les incitations fiscales relatives à l’utilisation d’énergie renouvelable dans les transports au 1er janvier 2022, cet article renforce les exigences concernant l’utilisation des biocarburants d’origine agricole. L’électricité, cependant, reste largement le vecteur le plus favorisés par les taxes incitatives.
On peut retenir de ces mesures une volonté nette de l’état de favoriser l’utilisation de véhicules d’occasions et de réduire la proportion de véhicules thermiques au sein du parc routier français.

LE RÉTROFIT APPLIQUÉ AUX MOTOCYCLES

Destinés à un usage quotidien, pour des trajets urbains de proximité, les deux et trois roues de moins de 125 cm3 voient logiquement leur offre neuve en forte électrification. Le parc roulant actuel est, quant à lui, très développé et majoritairement à motorisation thermique. Face au prix des véhicules électriques, la conversion électrique s’impose donc comme une option non négligeable ! Mais quels sont les avantages du rétrofit en comparaison de l’achat neuf ? Quel comportement attendre d’un véhicule rétrofité et quels en sont les contraintes ?

Victor BREBAN, de la société NOIL a accepté de répondre à toutes ces questions et de briser quelques a prioris sur le rétrofit appliqué aux deux/trois roues.

QU'EST-CE QUE NOIL ?

NOIL, c’est une startup fondée par trois amis d’enfance, tous trois motards et convaincus du rôle à jouer de l’électrique dans la mobilité urbaine de demain. Leur aventure commence grâce à un simple Piaggio 50 cm3 en panne. Les trois entrepreneurs se sont mis en tête de faire fonctionner à nouveau le scooter, mais en l’électrifiant. Cette démarche leur a permis de proposer leur premier prototype, mais aussi de se confronter aux difficultés techniques et juridiques d’un tel projet et de prendre conscience de l’opportunité qu’offrait un tel processus. La synergie de leurs compétences, respectivement technique, commerciale et juridique, ainsi que le succès de la réalisation d’un premier prototype fonctionnel, les mène donc à créer en 2019, la seule entreprise de rétrofit orienté exclusivement deux et trois roues : NOIL. Ces derniers, de concert avec les autres acteurs de l’AIRe, sont donc moteurs dans la mutation juridique qui encadre la conversion électrique de véhicules thermiques d’occasion. Leur credo se base sur la réalisation de kit d’électrification pour des modèles mythiques tels que le solex, la Peugeot 103, le vespa ou encore une large gamme de scooters. Vous pouvez trouver l’ensemble des tarifications et des spécificités techniques sur leur site internet.

POURQUOI CHOISIR LE RÉTROFIT ?

Le fait de conserver son véhicule et de le convertir à l’électrique présente de nombreux avantages :

  • Economique : certaines aides déjà actives vous permettent, pour un tarif variant entre 500 et 1600 euros, d’avoir accès à un véhicule électrique. On peut citer par exemple la prime à la conversion 2021, pouvant prendre en charge jusqu’à 1100 euros pour un 2/3 roues. De plus, l’indépendance au carburant et la baisse en besoin d’entretien permettent d’amortir l’investissement sur une durée contenue.
  • Ecologique : la plupart des organes d’origines sont conservés et le véhicule devient neutre en émissions de gaz polluants.
  • Agrément de conduite : combine les capacités initiales en terme de confort et de sécurité à l’absence de vibration et la linéarité de l’accélération de l’électrique
  • Affectif : vous conservez un véhicule que vous maîtrisez et que vous appréciez

QUEL EST LE PROCESSUS ?

Afin de convertir votre véhicule, vous devez vous rendre dans un garage agrée par l’entreprise fournissant le kit d’électrification. Dans le cas de NOIL le véhicule sera immobilisé entre une et deux journées. Comme pour tout constructeur, le groupe motopropulseur sera garanti sur une période de 24 mois.

Il vous faudra ensuite faire une demande d’immatriculation afin de signifier la conversion du type de propulsion de thermique à électrique. Rassurez-vous, toutes les démarches administratives seront prises en charge par NOIL. De la même manière, ces derniers vous fourniront la vignette Crit’AIR 0 nécessaire pour rouler dans les ZFE (zones à faibles émissions) qui fleurissent dans de nombreuses agglomérations françaises.

Enfin, vous pourrez faire assurer votre véhicule sans difficulté. Vérifiez juste que l’assurance soit bien adaptée à un véhicule électrique afin de ne pas payer de services inadaptés.

QU'EN EST-IL DES PIÈCES ?

Suite à la conversion d’un véhicule, on peut s’inquiéter de la fin de vie des pièces d’origine. Chaque constructeur est moteur dans sa démarche de traitement de ces déchets. Concernant NOIL, les pièces démontées, les batteries au plomb et les fluides d’origines leurs sont renvoyés afin d’être traités par des partenaires spécialisés ou proposés pour une utilisation de seconde main.

Il en va de même pour les batteries au lithium proposées à la vente, dont le traitement en fin de vie est la responsabilité éthique et légale du constructeur. Chaque batterie ainsi mise sur le marché est consignée financièrement au constructeur afin d’assurer le suivi post-utilisation sur le véhicule équipé. De plus, NOIL intègre des batteries européennes ou françaises à ces kits afin de proposer le meilleur compromis performance / responsabilité.

Partager cet article