photo-1567693528052-e213227086bb-min
MÉLODY MOTA

  1. Accueil
  2. /
  3. Blog
  4. /
  5. Idée reçue n°2

Idée reçue n°2
L’extraction du Lithium est extrêmement polluante

L'ORIGINE DU LITHIUM

Le lithium est un composant de la batterie des voitures électriques, et bien qu’il n’y en ait qu’une faible quantité (4% de la batterie), sa présence est fondamentale. Ce n’est pas une terre rare, mais il n’en est pas moins un métal stratégique, notamment avec le boom du développement des véhicules électriques et des équipements électroniques. 50% de la production mondiale du lithium est utilisée pour les batteries lithium-ion des véhicules électriques. Aujourd’hui, selon l’US Geological Survey les productions les plus importantes de lithium sont en Australie et au Chili. D’après la SONAMI (Sociedad Nacional de Minería, Chile), le Chili détient près de 60% des ressources mondiales en lithium.

LA PRODUCTION DU LITHIUM

Parmi les 5 exploitants dans le désert d’Atacama au Chili, le plus important est SQM, qui génère 20% de la production mondiale de lithium. La technique d’extraction Chilienne – différente de la méthode Australienne – est celle qui fait débat.

Comment ça marche ? Sous la surface du désert d’Atacama, il y a une saumure (solution aqueuse d’un sel en forte concentration – ici des sels de lithium) lourde et concentrée, qui est bien distincte de l’eau. Cette saumure est pompée, extraite puis disposée dans les bassins d’évaporation solaire afin de récupérer le potassium. Quant au lithium, c’est un produit secondaire, dérivé du potassium, qui ne nécessite donc pas de produits chimiques pour sa formation.

L'IMPACT ENVIRONNEMENTAL ET SOCIAL DE L'EXTRACTION DU LITHIUM

Étant donné la sécheresse du Chili, le sujet de la consommation d’eau est très controversé et difficile à cerner : d’un côté, les populations locales accusent les acteurs du lithium d’épuiser et de polluer les ressources en eau, de l’autre les entreprises d’extraction (SQM, Albemarle…) expliquent que la saumure extraite n’a aucun lien avec l’eau consommée par les locaux.

Parallèlement à cela, les miniers sont tenus pour responsables de l’assèchement des lagunes et la disparition de milliers de flamants-rose. Pourtant, à ce jour, les scientifiques n’ont pas la preuve d’une potentielle connexion entre la saumure et l’eau douce, et donc les lagunes.

Pour l’instant, personne ne sait expliquer la baisse significative de l’écosystème de flamants roses et aucune donnée ne témoigne de l’impact de l’extraction du lithium sur les lagunes et les flamants.

Dans ces déserts arides, la consommation d‘eau pour la production est aussi un sujet sensible, ce qui ne s’éclaircit pas quand on connaît les problèmes de corruption du Chili…

Partager cet article